3 copyright fondationcub.ch

EXPLIQUER LA CULTURE DU BÂTI POUR MIEUX EN SAISIR LES ENJEUX

La Fondation Culture du Bâti (CUB) a pour mission de présenter, expliquer et mettre en valeur l’architecture et ses disciplines parentes.


La Fondation Culture du Bâti (CUB) a pour mission de présenter, expliquer et mettre en valeur l’architecture et ses disciplines parentes. Cet organisme aura prochainement un pavillon sur la partie est du site de Plateforme 10, là où se trouve l’actuel poste directeur des CFF, bâtisse appelée à disparaître dans la mutation de la Gare de Lausanne. Après les beaux-arts, la photographie et le design, c’est une quatrième institution qui s’offrira ainsi aux visiteurs. À l’image du Pavillon de l’Arsenal à Paris, centre d’urbanisme et d’architecture, le CUB mettra à la portée de tous la compréhension des projets novateurs qui ne manquent généralement pas de soulever des doutes auprès d’un public mal renseigné.

copyright fondationcub.ch

Dire que la Fondation de la Culture du Bâti (CUB) est née des scrutins populaires qui balayèrent le projet de Musée des Beaux- Arts à Bellerive puis celui de la tour Taoua sur le site de Beaulieu est à peine exagéré. Au pays où toute décision concernant la construction ou l’aménagement du territoire est susceptible de passer par les urnes, nombre de gros projets architecturaux ou urbanistiques ont trébuché faute de débat suffisamment documenté.

Souvent par peine à faire valoir devant tout un chacun les qualités qui leur ont valu pourtant d’être choisis par des jurys ou des groupes considérés comme hautement qualifiés. « Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait une très grande difficulté de la part du public à recevoir certains gros projets et nous nous sommes dit qu’il y avait un dialogue à développer », explique Eligio Novello. Président du comité de pilotage, cet architecte présentait la fondation lors d’un récent déjeuner-débat organisé par ERL. « Il y a un énorme besoin participatif aujourd’hui et nous devons favoriser ce genre de démarche », a-t-il souligné.

L’UNION FAIT L’EFFICACITÉ

2 copyright www.fondationcub.ch

La Fondation CUB s’est constituée en octobre 2016, au Forum d’architectures à Lausanne. Reconnue d’utilité publique et non uniquement destinée aux spécialistes, loin d’être une création éphémère, elle s’est dotée d’une structure juridique forte qui en assure la pérennité. Son rôle s’inscrit notamment dans le Message culture des Chambres fédérales 2016-2020, lequel a pour la première fois rappelé que la culture du bâti est une thématique politique essentielle pour la qualité du paysage.

Sous l’impulsion d’une association professionnelle d’architectes et d’ingénieurs, CUB réunit actuellement seize acteurs de la construction, de la médiation, du bâti et du paysage : architectes, ingénieurs, architectes paysagistes, bâtisseurs mais aussi chercheurs et penseurs. Aux côtés de professionnels « de terrain » figurent ainsi notamment l’EPFL-ENAC, la revue Tracés et la section vaudoise de Patrimoine Suisse ou les Archives de la construction moderne. La Fondation s’est par ailleurs enrichie du soutien de partenaires, non seulement financiers mais aussi contributeurs à la réflexion.

L’Établissement d’assurance contre l’incendie et les éléments naturels (ECA) fut le premier, en 2018. En quoi l’ECA, assureur face aux dangers naturels pourrait être concerné ? Eligio Novello : « L’approche sur les dangers naturels a changé. Il y a quelques centaines d’années, on ne construisait pas au bord d’un cours d’eau. Puis, la densité venant, on a occupé des espaces soumis à des dangers et des contraintes. Le but est d’anticiper, de prendre les problèmes à la racine afin d’éviter d’amener de la solution technique partout. L’échange avec l’ensemble des interlocuteurs est primordial. » Enfin, la Fondation est aussi ouverte aux donateurs et amis pour lesquels elle constitue un réseautage appréciable dans les multiples domaines qu’elle rassemble, depuis les concepteurs jusqu’aux artisans en passant par de multiples PME.

TOUS CONCERNÉS

3 copyright fondationcub.ch

Notion à première vue élitiste et distante du grand public, la culture du bâti développe pour autant ses effets sur la qualité de vie résultant de l’aménagement du territoire, du développement durable, de la qualité du paysage, de la préservation du patrimoine historique et contemporain. En clair, nous sommes tous concernés. Elle a pour but essentiel la médiation culturelle, c’est-à-dire la démocratisation par la mise en relation du public avec les domaines qu’elle représente. Cela s’est par exemple exprimé jusqu’à présent par la projection de films sur l’architecture et le paysage.

Les films présentés, dont certains grands classiques tel Blade Runner avec sa mégapole anxiogène, sont autant de supports à la discussion sur des problématiques actuelles ou futures liées au bâti. « C’était un peu la première fois que les architectes et les ingénieurs descendaient de leur tour d’ivoire pour aller vers le public », se félicite l’architecte. Des expositions sur des projets locaux ou cantonaux sont aussi organisées à des fins identiques. Aujourd’hui, le rôle de la Fondation CUB est d’autant plus nécessaire que la région lausannoise doit fait face à de nombreux défis de développement, notamment en matière de densification, question très sensible dans un contexte topographique complexe.

La question y est par exemple particulièrement délicate lorsqu’il s’agit de construire des tours. Et d’observer au passage que, paradoxalement, un projet d’ensemble de tours est souvent mieux accepté qu’une tour isolée. « Je vois aussi la Culture du Bâti comme un garde-fou contre la mauvaise pratique, souligne Eligio Novello. Elle doit permettre de mieux savoir répondre, d’éviter des erreurs et de favoriser une conscience plus grande grâce à une compétence élargie. »

UN SITE SUR PLATEFORME 10 

Au-delà de ces manifestations publiques, la Fondation aura ses propres murs lorsqu’elle pourra concrétiser son intention de s’installer en 2025 sur Plateforme 10. Afin de présenter et d’expliquer dans ce nouveau Quartier des Arts la culture du bâti comme une expression artistique à part entière. Ce sera une vitrine, et pas seulement pour les architectes et les ingénieurs. Cela s’exprimera aussi à travers des conférences, événements, et expositions permanentes et temporaires. Le site retenu est celui de l’actuel poste directeur des CFF, à l’est de la plateforme. Un concours d’architecture doit en dessiner les contours. Racheté par le Canton de Vaud pour 1 franc aux CFF, ce bâtiment se trouve sur un secteur qui doit être réaménagé notamment pour servir d’interface entre la gare CFF et les musées. Avec pour prestigieux modèle celui du Pavillon de l’Arsenal créé en 1989 à Paris.

Tous les détails des événements de la Fondation Culture du Bâti sur son site www.fondationcub.ch